Azalées : comment lutter contre ses maladies caractéristiques ?

L’azalée est un arbuste appartenant à la famille des rhododendrons. Très colorée, elle peut parfaitement trouver sa place en intérieur comme à l’extérieur, à condition d’être bien entretenue. Grâce à elle, il devient possible d’apporter une touche originale et fraîche à un balcon, une terrasse ou un parterre de fleurs. Néanmoins, l’azalée est une espèce fragile, qui a besoin de beaucoup de soins pour survivre à l’hiver et refleurir au printemps. Comment la chouchouter pour lui offrir une plus longue durée de vie ? Quelles sont les astuces à connaître ?

Le brunissement des azalées, un mal bien connu

L’azalée, lorsqu’elle fleurit à la fin de l’hiver ou au début du printemps, se pare de fleurs colorées en abondance et profite d’une floraison jusqu’au début de l’été. Toutefois, à cause d’un mauvais entretien ou de conditions météorologiques non appropriées, cet arbuste peut très rapidement dépérir. En effet, le brunissement des feuilles et des tiges est le mal le plus connu de l’azalée, qui peut lui être fatal. Vous avez choisi de planter votre azalée à l’extérieur, dans un endroit fortement ensoleillé ? Dans ce cas, en hiver, le vent pourrait bien causer des dommages irréversibles à cette plante et engendrer son brunissement. Toutefois, il existe une solution simple à mettre en place, pour soigner l’azalée.

L’arrosage, un bon moyen de lutter contre le dépérissement de l’azalée

L’azalée peut être sauvée du brunissement, à condition que ce problème ne touche qu’une petite partie de l’arbuste et non sa totalité (dans ce cas, la perte de l’azalée est inéluctable). Pour venir à bout de ce mal, l’arrosage est indispensable. Plusieurs fois par jour, pensez à abreuver votre plante et ce, tout au long de la saison et jusqu’au début du printemps. Grâce à cette méthode très simple à mettre en place, il devient possible d’éviter les maux hivernaux et de favoriser le développement de nouvelles pousses, plus robustes et capables de résister aux agressions extérieures.

Pour prendre soin de son azalée, les professionnels du jardinage recommandent également la pulvérisation d’un soin anti-déshydratation en hiver. Ainsi, même en présence de vent, l’arbuste sera en mesure de préserver son eau et de fleurir au printemps. L’utilisation d’un engrais adapté aux azalées, avant le début de l’automne, est vivement recommandé afin d’assurer une meilleure durée de vie à vos plantations.

Quelles sont les conditions nécessaires pour assurer le bon développement d’une azalée ?

Vous l’aurez compris, l’azalée est un arbuste fragile, qui doit être planté et entretenu selon des conditions adaptées. En mettant nos recommandations en application, vous parviendrez à obtenir une belle floraison. D’autre part, mettez ainsi toutes les chances de votre côté, pour espérer le développement de nouvelles pousses à l’issue de l’hiver.

  • La température : celle-ci doit être située entre 10 et 15 degrés. De ce fait, en hiver, il est vivement recommandé d’installer l’azalée à l’intérieur, dans une véranda non chauffée par exemple. En effet, cette variété ne supporte pas le gel et les températures négatives, dont il faudra la préserver.
  • L’exposition : même si elle a besoin de lumière pour s’épanouir, l’azalée supporte mal le soleil. De ce fait, il est préférable de l’installer dans un endroit mi-ombragé, afin d’éviter son dessèchement. Comme nous l’avons vu, cette plante possède des difficultés à préserver une bonne hydratation. Aussi, mieux vaut éviter de la planter en plein soleil, ou de l’installer juste à côté d’une fenêtre ou d’une baie vitrée.
  • Le type de sol : avant d’envisager la plantation d’une azalée, investir dans de la terre de bruyère est indispensable. D’autre part, le sol où sera planté cet arbuste doit être drainé efficacement. En effet, l’eau stagnante ne peut convenir à cette variété. Enfin, pour profiter d’une superbe floraison, nous recommandons à tous les jardiniers de se munir d’engrais spécialement formulé pour la terre de bruyère.
  • L’arrosage : en intérieur, l’arrosage doit avoir lieu lorsque la terre est bien sèche. Il n’est donc pas nécessaire de l’inonder car, comme nous l’avons déjà mentionné, l’azalée n’aime pas l’eau stagnante. En revanche, si votre arbuste est planté à l’extérieur, un bon arrosage en hiver est indispensable, afin d’éviter le brunissement.

Que faire, après la floraison d’une azalée ?

L’azalée est une plante dite « forcée », c’est-à-dire qu’elle a été modifiée, afin de fleurir plus tôt dans l’année. Voilà qui explique pourquoi ses premières fleurs apparaissent à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Aussi, à la fin de la floraison, il peut s’avérer difficile de la conserver. Toutefois, une méthode simple peut être envisagée pour faire refleurir une azalée.

Dans un premier temps, supprimer les fleurs fanées au fur et à mesure est indispensable. Pour permettre une floraison prochaine, elles doivent être coupées régulièrement. De plus, comme nous l’avons vu, l’azalée doit être maintenue à une température entre 10 et 15 degrés. Il convient également de cesser tout arrosage, jusqu’à ce que les premières feuilles de l’arbuste tombent. C’est à ce moment que doit avoir lieu le rempotage, dans un mélange de terre de bruyère et d’engrais adapté.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire