L’orge de printemps : la céréale des agriculteurs dans mon potager

Orge de printemps

On entend souvent parler de l’orge de printemps dans le domaine agricole, elle fait partie des céréales secondaires et elle est le plus couramment cultivée pour le maltage. L’orge de printemps est définie comme une culture à « faibles intrants » (elle nécessite moins de produits phytosanitaires contre les maladies et les ravageurs que les céréales d’hiver), ce qui lui apporte une excellente empreinte écologique. Les particuliers, dans leur jardin et leur potager, peuvent aussi tirer profit de ses bienfaits.

Un bénéfice pour la terre et pour les yeux

L’orge est l’amie de l’être humain depuis très longtemps : c’est la première céréale à avoir été cultivée par l’homme. Les Grecs et les Romains l’utilisaient très fréquemment dans leur alimentation. Une légende raconte que le malt, qui permet la production de la bière, serait né suite à l’inondation d’un champ d’orge. En France, on dénombre pas moins de 16 variétés d’orge, cultivées par les agriculteurs, pour une production annuelle de 10 millions de tonnes.

Lors de l’aménagement de son potager, l’orge de printemps peut être utilisée en rotation d’autres céréales comme le maïs ou le blé. Elle présente un très gros avantage : elle rend au sol une certaine quantité de l’azote qu’elle a stockée durant sa croissance. Elle demande, de plus, très peu d’entretien. C’est une culture tout à fait adaptée aux jardiniers amateurs.

Si vous n’avez pas de potager, mais que vous adorez entretenir un joli jardin, alors l’orge de printemps a une véritable valeur esthétique. Avec ses jolis épis dorés et ses longues tiges, elle se fond à merveille dans les massifs de fleurs, près des rochers ou sur une bordure… Elle est d’autant plus jolie lorsqu’elle se retrouve combinée à des parterres de fleurs sauvages. Vous pourrez aussi, par la même occasion, décorer votre maison : une fois cueillis et séchés, les épis de l’orge permettent de confectionner des bouquets secs, à accrocher partout chez soi.

Quand faut-il semer l’orge de printemps ?

De par son nom, on suppose que l’orge de printemps se cultive uniquement… Au printemps ! Pourtant, 21,1 % des agriculteurs la sèment à l’automne. En réalité, il faut être à l’écoute des températures. On peut semer l’orge de printemps en février, mars ou avril si l’hiver est particulièrement froid. Si, à l’inverse, vous vivez dans une région plutôt chaude en terme de climat, on peut la répandre dans le jardin dès le mois de septembre ou de novembre. En somme, la date de semis de cette plante dépend de l’intensité du froid de la zone dans laquelle elle va être cultivée.

L’orge de printemps doit être semée dans l’endroit le plus ensoleillé de votre jardin. Peu importe votre sol, elle arrivera à trouver sa place. Cependant, l’idéal reste une terre plutôt calcaire et sèche : elle ne doit surtout pas être gorgée d’eau.

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire