Chanvre : quelles sont les principales méthodes de séchage et d’affinage employées ?

feuille de cannabis sur chanvre séché

Si la culture du chanvre est assez encadrée, car la plante a tendance à absorber tout produit chimique, la récolte se fera plus facilement. Toutefois, avant de pouvoir profiter de sa plante, il vous faudra tout de même réaliser quelques dernières actions : le séchage et l’affinage. Ces deux étapes sont essentielles pour profiter de chanvre à la saveur et puissance renforcées.

L’importance du séchage et l’affinage du chanvre

Il n’y a pas de moment parfait où planter ses graines de chanvre. Selon le type de graines ou le climat du lieu de culture, tant de paramètres peuvent changer la date de semis, quelque part entre mars et juin. En règle générale toutefois, le chanvre sera récolté fin septembre, si ce n’est courant octobre. À ce moment-là seulement, le chanvre n’est toujours pas prêt à être utilisé. Il vous faudra encore attendre quelques semaines supplémentaires, le temps de procéder au séchage et à l’affinage des têtes.

Le séchage consiste à couper les têtes afin de les faire sécher, quand l’affinage consiste en la conservation, en récipient clos et sur au moins deux semaines, des têtes. Si ces deux procédés sont primordiaux à effectuer, c’est parce qu’ils assurent avant tout d’améliorer la qualité et la longévité des fleurs de cannabis, notamment. Avant toute chose, si vous ne séchez pas les récoltes de chanvre, vous prenez le risque de voir l’humidité mener à de la moisissure dans vos plants. Dans le cas d’inhalation, ces fleurs séchées entraîneront une sensation rugueuse des moins agréables.

De la même façon, l’affinage vous permet d’aider à la préservation des têtes. À leur récolte, elles sont encore pleines de sucre et d’amidons ; l’affinage permet de détruire ces nutriments afin de les protéger des bactéries. De nombreux spécialistes, entre autres de la culture du chanvre, détaillent tout ce que vous avez besoin de savoir sur les processus de séchage et d’affinage.

Les étapes essentielles : taillage et séchage des têtes

Il existe plusieurs manières de traiter le chanvre de son jardin après sa récolte. Dans tous les cas, il faudra que vous le fassiez sécher. Avant cela, pourtant, il vous reste une décision à prendre. Le procédé diffère si vous souhaitez tailler vos têtes humides ou sèches. Généralement, c’est la taille humide qui vous sera recommandée, car elle évite de perdre trop de résines à la manipulation des têtes et prévient davantage la moisissure dans certaines régions.

Vous procéderez alors à la découpe par lame courbée des feuilles sur chaque tête, en commençant par la base de votre branche. Vous détacherez les têtes une fois qu’elles sont sèches. Autrement, vous réaliserez une taille à sec. Dans ce cas, elle ne se fait pas juste après la récolte, mais bien une fois le processus de séchage terminé. La taille se fera similairement, par lame courbée, en enlevant les petites feuilles résineuses. Dans les deux cas, à un moment du processus, il faudra que vous laissiez sécher les branches de cannabis.

L’objectif ici est de permettre la circulation de l’air afin que les branches puissent sécher uniformément. La principale méthode de séchage est de suspendre, tête en bas, vos branches de chanvre à l’aide de ficelles. Autrement, si vos branches sont de plus petites tailles ou si vous avez déjà séparé les têtes, vous pouvez les déposer directement sur une étagère. Peu importe ce que vous choisissez, il faut veiller à respecter une humidité autour de 44-55%, de préférence dans l’obscurité. Selon les tailles des têtes et les conditions de séchage, le chanvre mettra entre une dizaine de jours à bien sécher.

Les recommandations pour affiner les têtes de cannabis

Le processus de séchage terminé, les têtes doivent être passées d’environ 20-30% d’humidité à 7-9% uniquement. C’est à ce taux que leur préservation pourra se faire au mieux. Cependant, afin de s’assurer que les fleurs de cannabis conservent tout leur profil et qu’elles ne se fassent pas attaquer par bactéries et autres nocivités, l’affinage entre en jeu. À la matière d’un fromage ou d’une charcuterie, vous venez préserver vos récoltes à l’abri de l’air pour que tout leur potentiel se développe. Aussi, vos fleurs sèches et taillées peuvent se stocker dans un pot hermétique rempli au 3/4.

La principale méthode d’affinage repose sur un suivi assez régulier des pots de fleurs. Il faut veiller à les placer dans un endroit sec tout en mesurant l’humidité – l’hygromètre dans chaque pot devra alors afficher un taux autour de 60/65%. Au fil des jours, une vérification des pots s’impose. Cela, afin d’éviter d’y laisser des têtes de cannabis moisies, qui contamineraient l’ensemble des récoltes. Vous les retirez immédiatement et surveillez attentivement le reste des têtes.

L’ouverture du pot quelques minutes à chaque vérification assure de renouveler l’air stocké. Le taux est trop humide ? Pas d’inquiétude, laissez ventiler pendant quelques heures. Au contraire, s’il ne l’est pas assez, n’ouvrez pas le pot pendant une plus longue durée. Avec cette méthode, la vérification se fait plusieurs fois par jour les premiers temps, puis quotidiennement. D’ici à deux semaines, vos têtes sont affinées. Les cultivateurs les plus patients iront toutefois jusqu’aux six mois, par exemple, pour des fleurs plus qualitatives encore.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire