Tout savoir sur les maladies et ravageurs du cerisier

Un cerisier

Quoi de plus beau qu’un cerisier en fleur, prêt à bientôt donner naissance à de jolis fruits… Oui, mais pour laisser apparaître ces petites perles rouges tant convoitées, encore faut-il que cet arbre fruitier soit épargné des maladies et des ravageurs… En effet, vous ne le savez peut-être pas, mais le cerisier est exposé à de nombreux dangers. Comment les reconnaître et comment les traiter ? C’est ce que nous allons découvrir dans cet article.

Les maladies

La moniliose des fruits

Reconnaître la maladie : la moniliose des fruits se développe dans les vergers. Comme son nom l’indique, elle s’attaque aux fruits en formant des petites taches brunes. Mais son développement peut déjà commencer quand le fruit n’est encore qu’une fleur, et s’étendre sur les branches de l’arbre… Ainsi, le cerisier est souvent victime de la moniliose. Cette maladie fait pourrir le fruit qui devient mou et se dessèche.

Traiter la maladie : en hiver et en prévention de la moniliose, il faut nettoyer le tronc à la brosse et le badigeonner avec du silicate de soude. Ce traitement empêchera le champignon responsable de la dégradation des fruits de proliférer. En traitement, le purin de prêle est très efficace. Par ailleurs, il faudra impérativement brûler et supprimer les parties contaminées.

La cylindrosporiose

Reconnaître la maladie : Observée par temps humide, au printemps et en automne, cette maladie est visible sur les feuilles du cerisier et remet en cause la qualité et la quantité de production des fruits. Les feuilles se parent de taches brunes et changent progressivement d’aspect. Elles se flétrissent et s’assèchent. Au bout d’un certain temps, les feuilles finissent par tomber. Par ailleurs, ce champignon fragilise l’arbre qui sera plus sensible aux prochains gels. Les récoltes peuvent donc être impactées.

Traiter la maladie : en prévention, il faut arroser les feuilles lorsque le temps est sec, une fois les cerises cueillies. En traitement, il faut ramasser et brûler les feuilles malades. Vous pouvez également pulvériser un mélange à base de purin de prêle et de soufre.

La pourriture grise

Reconnaître la maladie : cette maladie cryptogamique survient lorsqu’il fait chaud et humide. Il s’agit là encore d’un champignon qui agresse le cerisier et se développe au printemps. Ce dernier s’attaque aux boutons floraux qui s’assèchent et finissent par tomber. Si des fruits parviennent à échapper à cela, ils finissent par brunir et se couvrir d’un duvet grisâtre.

Traiter la maladie : en prévention, il est une nouvelle fois conseillé de traiter l’arbre et le feuillage avec un fongicide, et plus particulièrement avec du purin de prêle. En traitement, le purin de prêle et le soufre sont efficaces. Il faudra là encore couper les parties contaminées et les brûler.

Les ravageurs

Le puceron noir

Reconnaître le ravageur : ce parasite se nourrit de la sève du cerisier. Dès le printemps, il envahit l’extrémité des jeunes rameaux. Sa présence est vite remarquée. En effet, lorsqu’il s’introduit dans l’arbre, les feuilles se recroquevillent et s’enroulent, cela s’explique par la toxine qu’il injecte. Le miellat des pucerons provoque également le développement de fumagine, ce qui perturbe la bonne photosynthèse du cerisier.

Se débarrasser du ravageur : pour éviter la prolifération de ces parasites, il faut limiter l’utilisation d’engrais trop riches en azote. L’introduction d’insectes prédateurs comme des larves de coccinelles ou des perce-oreilles peut également permettre de s’en débarrasser. En traitement, une solution à base d’eau et de savon noir est efficace pour stopper la propagation des pucerons.

Mouches du cerisier

Reconnaître le ravageur : ce nuisible mesurant à peine quelques millimètres peut causer des dommages considérables. En effet, les femelles pondent d’abord dans les cerises à la fin du printemps. Les larves prennent alors le relais et se nourrissent des fruits pour se développer. Progressivement, les fruits sont entourés de pourriture, deviennent véreux, et tombent. Les larves rejoignent le sol pour hiverner et recommencer au printemps suivant.

Se débarrasser du ravageur : malheureusement, une fois installées, il est impossible de se débarrasser de ces mouches. En prévention, il est cependant possible de pulvériser du sulfate de fer au sol afin de venir à bout des larves. Il est également très important de veiller à ramasser les fruits pourris pour empêcher les larves de s’enfoncer dans le sol.

Le cossus gâte-bois

Reconnaître le ravageur : ce papillon de nuit apparaît entre juin et août. Les femelles pondent sous l’écorce et les larves s’installent dans le tronc du cerisier. Elles se développent et grignotent le bois en creusant des galeries. Le cerisier s’affaiblit et le bois devient cassant. Les larves hivernent et se réveillent pour recommencer dès le printemps suivant.

Se débarrasser du ravageur : pour se débarrasser de ces nuisibles, les prédateurs naturels sont une option. En effet, les oiseaux et chauves-souris chassent le cossus gâte-bois. En traitement, il est possible d’utiliser un fil de fer pour explorer les galeries du tronc et pour tuer les larves.

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire